Intelligence artificielle, spiritualité et modèles mentaux…

Tout le monde m’a prévenu, surtout ne jamais aborder deux sujets qui sont « brulants » en entreprise: les femmes et la spiritualité. Par contre tout le monde parle d’intelligence artificielle (IA).

Et je ne comprends pas car, selon moi, tout nous ramène à la question de la spiritualité (bon également à la question du féminin mais ce sera mon prochain article…). Alors on y va…

Les nouvelles technologies (IA ou plus globalement les HET, Human Enhancement Technologies) explosent les limites que nous avions jusqu’alors. Les limites cognitives, physiques, affectives, sociales etc…Elles rendent possible l’impossible. Des chercheurs contre le Cancer avaient exclu une protéine de leur analyse car, pour eux, c’était juste impossible, c’était hors de leurs modèles mentaux. Or l’intelligence artificielle utilisée a permis de révéler le rôle décisif de cette protéine. L’IA n’a pas « métamorphosé » les chercheurs, elle les a développé.

Oui mais développé vers quoi ?

L’IA va mieux analyser, prévoir, décider…. C’est elle , la 1ère de la classe. Laissez tomber, il va falloir passer à un autre jeu, se développer au-delà de ces limites.

Or qu’est-ce que la définition de la spiritualité ?

Sentir qu’il y a quelque chose de plus vaste que les limites que nous percevons, «Renoncer au moi limité et limitatif » comme nous dit Anne Cheng.

Ce moi « limité et limitatif », c’est celui qui est prisonnier des modèles mentaux, le « possible », les limites de notre représentation de la réalité.

Les modèles mentaux, c’est pourtant ce qui nous différencie des autres espèces vivantes. C’est une grande force. Pour preuve, aujourd’hui, la meilleure reconnaissance faciale avec IA repose sur deux paramètres, les yeux et l’ovale du visage. Le pauvre ordinateur ne s’en sort pas avec tous les paramètres du visage, il en prend juste deux et il fait ça des milliers de fois…. Alors que nous, humains, nous reconnaissons très rapidement un visage, quel que soit ce visage et la variété des paramètres. Et c’est grâce à notre capacité d’élaborer des représentations de la réalité, des modèles mentaux.

Le problème c’est qu’en ignorant cette force, elle se retourne contre nous en nous enfermant dans des certitudes, des répétitions du passé, dans un espace restreint de possibles.

Fondamentalement, ce qui nous enferme c’est le fameux « Je pense donc je suis ». Si vous pensez être vos pensées, alors vous vous identifiez à elles. Mais qui êtes-vous quand vous ne pensez à rien ?

C’est plutôt « Je suis donc je pense ». Et oui, vous avez un cerveau hyper puissant mais sans avoir vraiment son mode d’emploi et il a tendance ainsi à être son propre patron.

Si vous considérez vos modèles mentaux, vous pourrez devenir le vrai patron, celui qui choisit parmi tous les possibles « Je suis donc mon cerveau pense ».

Car bien sûr vous n’êtes pas votre cerveau, vous êtes bien plus vaste. Vous le savez ou plutôt vous le sentez. Au moins, une tête/un mental, un cœur, un corps, un esprit… 

Le cerveau ou le mental, le siège des modèles mentaux, correspond juste à l’ensemble des capacités cérébrales qui permettent de penser. Il perçoit des informations dans le présent et il les compare à des informations du passé qu’il a mémorisées. Il pose des questions et il imagine des solutions. Il émet des jugements, il échafaude des croyances, il construit des raisonnements. Et, afin de pouvoir penser à propos de lui-même, il s’attribue une identité qu’il nomme « moi » – un moi qui dit « je » (ego en latin).

Comme la plupart de nos modèles mentaux, individuel, organisationnel ou sociétal volent en éclat, nous pouvons vivre ce mouvement de libération, découvrir que nous pouvons aller au-delà de leurs limites. Fondamentalement nous sommes « poussés » à explorer ce que nous ne connaissons pas, les mystères. Et le mot mystique vient du grec mustikos : « qui concerne les mystères ».

Et ainsi, la spiritualité ,au sens de faire travailler les esprits, triturer les modèles mentaux devient essentielle (Je ne parle pas de religion qui bien sûr est issue de la spiritualité).

Tout le monde a besoin de comprendre son esprit et l’esprit de la vie : la spiritualité, au sens des exercices spirituels des Grecs anciens.« Je définirais l’exercice spirituel comme une pratique volontaire, personnelle , destinée à opérer une transformation de l’individu, une transformation de soi. Beethoven appelait exercices spirituels les exercices de composition musicales de ses élèves. » Pierre Hadot.

Cette nouvelle ère offre d’énormes possibilités mais elle sera difficile pour les personnes à l’esprit rigide… Chacun a un choix à faire. Chacun doit se demander « qu’allons-nous faire de cet espace qui se libère ? »

Continuer à se défendre contre un grand vide, fuir en avant, fermer les yeux même si de plus en plus difficile ou comme le dit joliment Sylvain Tesson « Augmenter la réalité et pourquoi pas éclairer le soleil ? ».

Ou profiter de cet espace pour aller au delà des modèles mentaux.

L’IA nous condamne à être intelligent.

En libérant de l’espace (elle nous soulage en terme d’imagination, de mémoire, de raison), elle nous offre cet espace à l’intérieur de soi pour prendre du recul et faire le choix de ne plus simplement réagir de façon automatique, dirigé par nos modèles mentaux, mais, au contraire, d’agir en conscience.

Gérer activement nos modèles mentaux pour nous « réduire » à l’essentiel, la réalité.

« Dans un monde d’agitation et d’obésité, Vive la vie réduite ! Mais réduite à sa plus simple expression. La plus belle. Peut-être. » Sylvain Tesson

Et surtout ne me demandez pas si réussir à se contenter du monde est suffisant….

Les entreprises ont un besoin impératif d’investir la spiritualité car « Une vie sans issue est pire qu’une vie sans chauffage » (Sylvain Tesson)

Alors oui, les nouvelles technologies vont peut-être prendre votre job, mais être humain devrait vous en donner d’autres…Les machines nous ont aidé à faire, maintenant à penser et finalement elles peuvent nous aider à être. Pour cela il faut s’emparer du sujet de la spiritualité, faire travailler les esprits, gérer les modèles mentaux.

Pour les collaborateurs, comme au temps de Socrate ou marc Aurèle un certain nombre de principes qui ont guidé la vie quotidienne de ces philosophes pourraient produire pour eux aussi une vie « plus consciente, plus rationnelle, plus ouverte sur les autres et sur l’immensité du monde». (Pierre Hadot)

Pour les entreprises, la vraie spiritualité́ suppose, une profonde connexion avec la réalité. Au lieu de fuir dans un imaginaire échafaudé par le mental, il s’agit de rester en lien avec ce qui est. Quoi de plus efficace pour une entreprise dans un monde dont la réalité est en évolution brutale, inattendue et violente ?

Alors vive la spiritualité, vive les modèles mentaux en entreprise !

NB : Le livre « Stratégie modèle mental – cracker enfin le code des organisations pour les remettre en mouvement » co-écrit avec Philippe Silberzahn, publié le 26 mai 2019, approfondit la notion de modèle mental en entreprise.

Sources : Compte tenu du nombre de références, vous avez dû voir que je suis « imprégnée » du livre absolument formidable de Sylvain Tesson « sur les chemins noirs ». Si vous ne l’avez pas encore lu, foncez !

Je puise également beaucoup d’inspiration dans les ouvrages de Pierre Hadot.

Enfin, le « jonglage » avec le « je pense donc je suis » est brillement exposé dans le livre « la formule du bonheur » de Mo Gawdat.

Je suis une petite naine sur les épaules de nombreux géants …. 🙂

Béatrice Rousset – J’interviens avec ma société « Les possibilist » auprès des entreprises pour les aider à développer leur capacité de gestion des modèles mentaux / savoir jongler avec la notion de modèle mental… https://lespossibilist.com/a-propos/

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close