Le sens de votre vie au travail? La raison d’être de votre boite?

Un été rempli de belles rencontres où j’ai croisé beaucoup de cadres, de dirigeants. Lors de ces sympathiques discussions de fin de journée, une question lancinante : Au fond, quel est le sens de mon job ? de ma vie ?

Un dirigeant d’un grand groupe de la construction : « Je me dis qu’au moins, je fais de belles rencontres et je gagne bien ma vie », hmmmm pas très convaincu, pas très convaincant…J’ai discuté avec un homme qui, ayant vendu le fonds d’investissement qu’il a créé, est devenu multimillionnaire d’un coup. Un peu le loto mais en mieux car il ne le doit pas uniquement au pur hasard. Et bien même lui a cette question.

La question du sens.

La même question pour les organisations : quel est le sens de notre activité ? Notre raison d’être ? La politique, par exemple, quel est le sens du ministère de l’écologie…L’école, en cette période de rentrée scolaire, quel est le sens d’enfermer 32 enfants du même âge dans une classe ? etc…

Alors j’ai envie d’essayer de remettre du sens dans le sens.

Socrate qui fait trébucher ses interlocuteurs en leur demandant ce qu’ils entendent par ce qu’ils disent, s’amuserait bien avec le mot « sens » : Sens comme direction (on va dans quel sens ?), sens comme signification (quel est le sens de notre activité ?), sens comme ordre (dans quel sens on doit s’organiser ?), sens comme sensation (mes sens me disent que ça déconne) …C’est étonnant, quel peut bien être le sens de tous ces sens ?

L’humain a cela de spécifique qu’il cherche du sens et a la capacité d’en créer.

Un homme désespéré par le décès de sa femme est en dépression depuis 2 ans. Le médecin lui demande s’il était mort le premier comment son épouse l’aurait vécu. L’homme confie qu’elle ne l’aurait pas supporté. Le médecin lui répond « et bien cette souffrance lui a été épargnée et c’est grâce à vous. Vous lui avez évité cela ». Il est sorti de sa dépression.

Vous tous qui cherchez du sens, vous n’êtes ni fous, ni idéalistes, juste humains.

Par contre vous avez bien vu les deux caractéristiques de l’humanité de l’humain : donner du sens et le fabriquer.

Le fabriquer.

Nous avons tous cette faculté incroyable de créer du sens et de pouvoir le partager. Yuval Noah Harari dans son ouvrage Sapiens décrit comment notre espèce « les Sapiens » a cela de distinctif. On ne trouve pas de groupes de chimpanzés comprenant plus d’une centaine d’individus. Une société humaine peut en comprendre plusieurs millions. Pourquoi ? Un chimpanzé doit connaître ses congénères pour éventuellement collaborer. Homo sapiens a trouvé une parade : inventer les mythes, càd créer un sens qui n’existe pas dans la nature. Par exemple, les Dieux, l’argent, une entreprise, les droits de l’homme… Le mythe permet à des millions d’individus de partager le même « sens », de faire « société », de collaborer. Ce qui a rendu les Homo sapiens extrêmement puissants.

En 1776 AVJC, le code Hammourabi fut l’un des premiers textes de Loi qui organisa la vie en commun de plusieurs milliers de Babyloniens. Un mythe fondateur et fédérateur de l’empire babylonien : un mythe, car il propose des lois qui n’ont rien de naturel. Le code stipulait que « si un homme tue la fille d’un second alors ce dernier a le droit de tuer la fille du premier ! ». Ce n’est clairement pas universel ni naturel ! La croyance en ce mythe commun permit à l’empire babylonien de dominer la Mésopotamie.

En 1789, Il en est de même de notre déclaration des droits de l’homme et du citoyen : des lois qui n’ont rien de naturel. Une manière de donner du sens, des représentations très fortes toujours présentes aujourd’hui.

Et comment nous humains nous créons du sens ?

A travers nos modèles mentaux, la façon dont on perçoit le monde et dont on se perçoit soi même. Modèles Mentaux, je les appelle les M&Ms * juste pour nous aider à nous en souvenir comme ils ont une fâcheuse tendance à se faire oublier, voire à développer des routines défensives pour ne pas se faire débusquer…

La voilà votre vraie base de travail. Vous sortez du mystère « mais quel est le sens de ma vie ? » pour aller vers l’action « quels sont mes M&Ms ? comment puis-je les élargir ? ». A un niveau individuel et collectif.

En 2018, en entreprise, nous restons scotchés à de vieux M&Ms, hérités essentiellement de l’avènement de la production de masse. Un chef définit un grand but, il le cascade, chaque membre de l’entreprise connaît ainsi son propre but et exécute le plan. Super efficace.

Juste, ces dernières décennies, il s’est passé pas mal de trucs : la physique quantique, le structuralisme, la systemie, l’orient, le new âge, la psychanalyse…Beaucoup de nos représentations les plus communes ont volé en éclat. Aujourd’hui le mariage pour tous a 5 ans. Même s’il reste inconcevable dans le cerveau de certains, il fait déjà parti du passé….Bel exemple de l’évolution d’un M&Ms collectif. Bref nous nous sommes libérés progressivement des instincts, des superstitions, des traditions et nous commençons à nous libérer de représentations qui semblaient universelles et absolues…Pourtant nous continuons tous d’essayer de comprendre notre vie dans l’entreprise sans tenir compte de toutes ces avancées, scotchés aux mêmes M&Ms et essentiellement le M&Ms « il faut avoir un but pour avancer dans la vie », « il faut que je trouve le sens de ma vie ».

Vous accepteriez vous d’être soigné par un médecin qui établi votre diagnostic sur la base des connaissances des années 60 ?

Et pourtant c’est ce que nous faisons aujourd’hui en entreprise, en cherchant le sens, la raison d’être de l’entreprises, le « but ». Nous croyons encore que quelqu’un va nous donner le sens : le mec au dessus de vous, le PDG, le Prédisent, le ministre de l’écologie…

Mais nous humains nous avons la capacité de le créer. Nous n’acceptons plus d’étouffer cette capacité. Le mal être que j’ai perçu cet été et que je perçois régulièrement chez la plupart des dirigeants en entreprise ne vient pas du fait qu’ils ne trouvent pas le sens. Il vient du fait qu’ils ont oublié que c’est eux qui le créent. Ne pas chercher le sens, le créer.

Il ne s’agit pas de répondre à la question « quel est le sens de ma vie ? » mais de savoir à qui s’adresse cette question. A vous. Votre vocation est unique, et le chemin pour l’accomplir est unique. Vous n’avez pas à trouver un endroit caché au fond de vous ou une personne providentielle. Juste façonner le sens pas à pas. Et vous avez un outil pour cela : les Modèles Mentaux, vos M&Ms…

Il ne s’agit pas de répondre à la question « quel est notre raison d’être ? » mais de savoir à qui s’adresse cette question. A votre entreprise. Les entreprises font avec des salariés bien plus libres qu’avant. Elles ne peuvent plus leur imposer un sens. « Voilà nous travaillons tous pour cette cause là. Tu dois te joindre à nous sous cette bannière. Mettre ces autocollants sur ton ordinateur et tenir ce discours aux jeunes recrues ». Cela devient insupportable. Par contre, ce qui est certain c’est qu’une organisation donne un sens (une signification) qui lui est propre à travers ses schémas de pensées, ses Modèles Mentaux (les fameux M&Ms, voir article « et si la clé de la transformation, c’était les M&Ms ? »), son « comment elle pense » et non ce qu’elle fait, ce qu’elle dit, ce qu’elle essaie de faire, ce qu’elle rêverait de faire. En faisant cela, elle permet la collaboration de milliers d’acteurs, de permettre les liens, c’est déjà beaucoup et même essentiel. Moi je trouve que c’est un très joli sens (direction).

Bon façonnage de M&Ms, bonne rentrée à tous !

* Les M&Ms sont un élément clé de la psyché humaine. Ils bénéficient d’une vaste base scientifique issue de la psychologie, la psychiatrie, les neurosciences etc…on les appelle : scénarios, drivers, schémas de construction de la réalité, fonctions, représentations sous forme d’image mentale, style de vie…Nous avons tous une donne de départ pour bien jouer au jeu de la vie : un stock de M&Ms. Au cours de la vie, ce stock va plus ou moins évoluer en fonction de la « nature » des M&Ms. En effet, il en existe différentes « strates » :

–      Des M&Ms de surface : Face à une situation, je tire rapidement un modèle de fonctionnement que je peux néanmoins modifier sans grande difficulté. Je suis à une formation, je perçois que c’est très détendu et collaboratif, je m’adapte et adopte ce mode de pensée le temps de la formation.

–      Des M&Ms cachés (masqué et implicite): Au cours de ma vie, j’ai été façonné par mes expériences et mon éducation, j’en ai tiré des manières de voir le monde. Je ne m’en rends même pas compte, c’est naturel et automatique. Souvent au contact par exemple de psychanalystes, d’avocats ou d’instituteurs, dans la sphère privée, nous percevons leur façon particulière de regarder le monde. Il semble néanmoins très difficile de le qualifier et encore plus de leur dire…

–      Des M&Ms profonds (la structure permettant d’accueillir tous les M&Ms) : Tout petit (en général avant 3 ans), l’enfant doit à tout prix saisir le « plan », càd ce qu’on attend de lui, il se demande « que penser ? ». Entièrement et totalement dépendant de ses parents, sa vie en dépend. Il va se faire une idée de lui-même et se faire une idée des gens qui l’entourent. A partir d’expériences ponctuelles, il établi des généralisations qui deviennent les lentilles au travers desquelles il va regarder la vie.

Les M&Ms profonds de chacun se connectent aux M&Ms profonds de l’humanité, ce que j’appelle les M&Ms collectifs.

Béatrice Rousset – J’interviens avec ma société « Les possibilist » auprès des entreprises pour les aider à développer leur capacité de gestion des modèles mentaux / savoir jongler avec la notion de modèle mental… https://lespossibilist.com/a-propos/

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close