Ni féministe, ni fataliste, je suis une très sérieuse « possibiliste »​.

J’en ai assez de cette guerre des sexes.

La photo pour célébrer une alliance entre HEC et Polytechnique a déclenché une nouvellebataille (Sur la photo, on voyait uniquement des hommes en costume gris). J’ai été la première à être consternée et triste. L’aveuglement certes et surtout l’aveuglement à l’aveuglement, comment ont-ils pu , « le cœur léger» poster fièrement cette photo ?

Oui et après ?

Nous les avons écrasé de nos jugements. Dans quel état sont-ils aujourd’hui? Croyez-vous qu’ils sont sincèrement engagés à prendre le sujet de la diversité à bras le corps ? J’imagine qu’ils vont mettre en place des actions, oui mais de quel endroit ? Sans doute, des incitations réelles à promouvoir des femmes, des nominations symboliques fortes, un suivi régulier de l’efficacité des actions et dans 20 ans nous serons étonnés de la faiblesse des résultats malgré toutes ses actions… Depuis 30 ans, il n’y a que 35% de femmes à l’ENA….

Et voilà  souvent nos deux seules options : soit je m’écrase, soi j’écrase. Fataliste ou féministe.

Et tout le monde perd.

Et cette phrase merveilleuse me revient « vous n’aurez pas ma haine » (Antoine Leiris avait publié une lettre ouverte sur Facebook après la mort de sa femme le 13 novembre au Bataclan).

Oui mais alors Béatrice, il faut bien faire quelque chose, que proposes tu ?

Qu’on soit clair, je suis une femme qui a 4 enfants et qui se bat, chaque jour, pour développer une vie professionnelle enrichissante. Oui c’est difficile. Oui la charge mentale est écrasante. Oui c’est injuste. Oui quand je commence à parler à des dirigeants, j’ai 20 points de retard car je suis une grande femme blonde. Oui je souffre de cette situation tous les jours. Et je cherche à comprendre, à discerner ce qu’il se passe, à être lucide pour pouvoir agir efficacement pour moi et mes quatre garçons…

Dans cette quête, j’ai eu un échange très enrichissant avec un haut fonctionnaire. Il me confiait que lorsque le président de jury est une femme, le nombre de femmes admises à l’ENA baisse . Son hypothèse est l’existence d’un modèle du haut fonctionnaire.

Et oui le modèle mental. Bien sûr, nous n’avons pas des modèles, ces modèles nous ont. Malgré nos bonnes intentions, nous sommes « agis » par des représentations construites, des archétypes, sur les femmes mais également sur la notion de pouvoir, de performance en entreprise, des modèles mentaux très coriaces.

Et voilà la clé.

Je suis « possibiliste » car je vois un chemin possible.

Tout le monde le souhaite.

Je « récupère » en coaching des dirigeants à bout de souffle. Ils n’osent pas se plaindre car le «succès » est là et pourtant ils sont « dévitalisés ». Ils ne voient aucune issue. Ils s’accrochent ou ils tombent.

J’accompagne des dirigeantes déboussolées car elles tracent un nouveau chemin de pouvoir. Elles se cognent au mur des coutumes ancestrales de l’expression du pouvoir et brique après brique, elles démontent le mur. Pas facile…

Mais les hommes en ont également assez de ce mur, de se soumettre à un monde du travail devenu obsolète au vu de l’évolution du monde : réunions tardives, discussions interminables, combats de coqs, jeux de dupes etc…

Beaucoup de femmes, elles, en ont assez de ne pas pouvoir exprimer leur « puissance douce ».

Alors comment ?

Arrêtons de tout focaliser sur les femmes. Arrêtons de les former aux biais inconscients. Arrêtons de les « regrouper » . Arrêtons de nous monter les uns contre les autres.

Avançons tous ensemble face à cette complexité.

Rendons explicite les modèles mentaux prédominants dans les organisations, càd le bain dans lequel nous nageons tous.

Dans votre organisation, c’est quoi être « succesful » , être puissant, être un leader? ça ressemble à quoi ? Quels sont vos à-prioris ?  quel est votre représentation, votre modèle mental du pouvoir ?

Et dans le monde tel qu’il EST aujourd’hui, est ce que cette représentation fait sens ? tout le temps ? dans toutes les situations ?

Voilà vous y êtes, en plongeant dans vos modèles mentaux et en développant votre capacité à les gérer,  chacun trouvera un espace pour agir différemment, vous ouvrirez de nombreux possibles pour chacun et surtout pour votre organisation.

Oui je suis une très sérieuse possibiliste.

Peu à peu, votre organisation se reconnectera à la réalité, la meilleure garantie pour survivre dans un monde qui change. Peu à peu, les femmes retrouveront une place car ainsi va la vie…

Chers dirigeants d’HEC et de polytechnique, vous regarderez alors le monde tel qu’il est aujourd’hui et non comme il était hier. Et vous verrez, c’est formidable…

Je vous embrasse 🙂

Béatrice Rousset – J’interviens avec ma société « Les possibilist » auprès des entreprises pour les aider à développer leur capacité de gestion des modèles mentaux / savoir jongler avec la notion de modèle mental… https://lespossibilist.com/a-propos/

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close